Forum de discussion des passionnés de chasse du renard aux chiens courants.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Sociabilité du renard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Sociabilité du renard le Sam 24 Sep - 20:20

Les groupements de Renard sont variables. Les couples sont provisoires. On trouve des groupes de femelles et d’un mâle : ces femelles sont probablement apparentées. Celles qui ne se reproduisent pas peuvent servir d’aides en gardant les jeunes, les nourrissant et en jouant avec eux. Entre elles s’établit une hiérarchie, les dominantes pouvant être les seules à se reproduire. Dans certaines populations, environ 20 % des femelles présentent un avortement tardif (et non pas une absence de fécondation), ce qui est peut-être un moyen, pour celles qui sont dominées, de garder jusqu’au dernier moment une chance de se reproduire avec succès. Lorsque plusieurs femelles d’un groupe mettent bas simultanément, elles peuvent réunir leurs petits et les allaiter collectivement.

On a distingué au moins 28 émissions vocales, différentes glapissements typiques (plusieurs sujets peuvent donner de la voix simultanément), cris aigus, attribués aux femelles mais que les mâles lâchent aussi parfois (ces cris sont très fréquents pendant le rut, soit en janvier-février). On parvient à distinguer certains Renards à leur voix. On distingue aussi des cliquètements manifestant l’agressivité, des gémissements traduisant la soumission. Les adultes avertissent les jeunes de l’approche d’un danger en lançant un aboiement brusque et monosyllabique. La position des oreilles, de la queue, du corps et diverses expressions indiquent l’humeur de l’animal. La soumission extrême se manifeste par les oreilles rabattue, la gueule ouverte, les lèvres rétractées mais non plissées. L'agressivité est caractérisée par les oreilles abaissées latéralement, la gueule largement ouverte. Le salut d’un dominé se reconnaît à la queue agitée de gauche à droite. Les disputes se font dos voûté, arrière-train tourné vers l’agresseur qui arrive (bourrade). Si la bagarre est sérieuse, les adversaires se dressent sur leurs pattes postérieures et se poussent mutuellement aux épaules avec les pattes antérieures, la gueule ouverte.

Les marquages odorant s'effectuent avec l'urine et les crottes déposées de façon visible dans le territoire, mais surtout dans les lieux fréquentés et notamment le long des chemins. les mâles et les femelles lèvent la patte, mais le marquage avec l’urine est parfois le fait des seules femelles dominantes. Les femelles dominées et les jeunes des deux sexes s’accroupissent pour uriner. Sur la neige, les traces d’urine des mâles se trouvent en avant des empreintes postérieures, celles des femelles en arrière. Projette parfois son urine sur d’autres membres du groupe (surtout mâles sur les femelles). Sécrétion des glandes anales (orifices pairs visibles de chaque côté de l’anus) rejetée par le Renard inquiet, parfois sur les crottes. La glande supra caudale (violette) est entourée de poils foncés, disposés en ellipse (il y a des soies jaunâtres et la peau est grasse en dessous) sur la partie supérieure de la queue, à 7 ou 10 cm de sa racine. Chez les mâles, cette glande (dont la sécrétion passe, à tort, pour avoir une odeur de violette) est plus active à la saison de reproduction, l’odeur de cette sécrétion est dispersée quand le Renard agite la queue pour saluer un congénère. D’autres glandes (sur les lèvres et à l’angle de la mâchoire) sont parfois frottées — avec la salive — contre la végétation. Il y a, enfin, des glandes odoriférantes entre les coussinets des pattes.


_________________
Le renard aux chiens courants et pas autrement.
Voir le profil de l'utilisateur http://lern.forumgratuit.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum