Forum de discussion des passionnés de chasse du renard aux chiens courants.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Régime alimentaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Régime alimentaire le Sam 24 Sep - 20:19

Le régime alimentaire du Renard est très varié : Rongeurs, Lagomorphes, oiseaux, insectes (surtout Coléoptères), œufs, lombrics (pris à la surface du sol par les nuits chaudes et humides). Il mange peu de musaraignes et de taupes, mais tue le Hérisson. Il exploite les dépôts d’ordures, tas de compost, mangeoires pour oiseaux, etc. En été et en automne, il consomme les fruits tombés (pommes, prunes, etc.) et les baies (surtout des mûres). La ration quotidienne moyenne est environ de 500 g (120 kca). Il n'est pas rare que le Renard cache les surplus de nourriture. Il est capable de profiter d’aliments variés et nouveaux.

NB:
- besoins de la femelle en fin de gestation et en cours de lactation : 700 g par jour.
- ration des renardeaux en fin de croissance : jusqu’à 1 kg.



Dernière édition par Admin le Jeu 29 Sep - 21:01, édité 1 fois


_________________
Le renard aux chiens courants et pas autrement.
Voir le profil de l'utilisateur http://lern.forumgratuit.org

2 Re: Régime alimentaire le Jeu 29 Sep - 20:55

La diversité des aliments consommés par le renard

Les renards peuvent manger pratiquement n’importe quoi, ils sont omnivores. A l'âge adulte, la nourriture est très variable selon les saisons et les régions où vit l'animal : le renard profite de l'abondance saisonnière de certaines ressources et s'adapte à l'extrême diversité des biotopes qu'il fréquente.

Répartition des aliments du renard (d'après Macdonald, 1987)

1 : en zone semi-urbaine

2 : en milieu campagnard

A l’Arboretum de Chèvreloup (près de Versailles, 78), les renards mangent en moyenne sur une année 50 % de fruits, 38 % de lapins, 6 % de rongeurs : les lapins surtout de mars à juin (jeunes lapins), les fruits surtout en été et en automne.

Les animaux consommés

D'une façon générale, le renard s'attaque rarement à des proies de plus de 5 ou 6 kg, ce qui correspond à peu près au poids d'un gros lièvre. La quantité consommée par le renard dépend de la quantité de proies disponibles : c’est pourquoi le régime alimentaire du renard diffère considérablement d’un endroit à l’autre et d’une saison à l’autre. Les petites proies sont consommées entièrement. Des proies moyennes, le renard délaissera fréquemment la tête, les membres, la queue et la peau. Pour une carcasse volumineuse, la consommation des viscères se fait par des brèches successives mais le travail semble difficile ! Les aliments ne sont pas mâchés, la viande étant déchirée en petits morceaux grâce aux carnassières.

Les lapins de garenne (surtout lapereaux et lapins malades atteints par la myxomatose) constituent les proies les plus régulièrement capturées.

Le renard consomme des petits rongeurs, surtout des campagnols (principalement du genre Microtus) dans les régions où les lapins sont absents. Un renard assure chaque année à lui seul la destruction de 6000 à 10000 rongeurs : c'est donc un véritable auxiliaire de l'agriculture quand on sait que les rongeurs mangent chaque année environ 10% des récoltes. Par contre, il consomme peu de musaraignes et de taupes (elles sont utilisées par les jeunes à des fins ludiques), la présence de glandes odoriférantes chez ces insectivores semblant repousser le renard.

La consommation d'invertébrés est constante en été : coléoptères, orthoptères, lépidoptères mais le renard semble avoir une prédilection pour les lombrics, en particulier lors des nuits chaudes et humides, quand les vers remontent à la surface du sol (le fait, redécouvert récemment avait déjà été signalé par DETSCHUDI en …1859). En Angleterre, certains individus (adultes édentés, renardeaux) se sont spécialisés dans la chasse aux lombrics, ceux-ci constituant alors jusqu'à 60% des proies présentes dans leur alimentation.

La consommation d'oiseaux (faisans, perdrix, oiseaux des poulaillers…), bien que constante, est secondaire voire négligeable, les petits oiseaux n'étant consommés que s'ils nichent à terre ou à l'état de cadavre. Le Renard a l’habitude de tuer plus qu’il ne lui en faut quand il pénètre dans un poulailler ou un élevage de faisans ou quand les oiseaux ne peuvent fuir. Ce comportement, souvent jugé selon des critères moraux (le Renard serait méchant, cruel, etc.) s’explique probablement par celui des victimes qui ne fuient pas (situation rare dans la nature). C’est pourquoi le Renard n’aurait pas une réaction adéquate. Les études menées récemment pour comprendre la « nocivité » du Renard ont montré que ses dégâts dans les élevages (notamment sur les agneaux) et en ville (où de nombreuses personnes trouvent sa présence intéressante et où les chats domestiques ne sont guère menacés) sont faibles, mais qu’il peut concurrencer sérieusement les chasseurs qui élèvent et lâchent des oiseaux gibier (une des raisons pour lesquelles l'animal est classé nuisible).

Le renard peut pêcher des poissons et s'attaquer aux espèces locales : kangourous rouges, reptiles et amphibiens (en Australie), rats musqués, ragondins, lézards… Le renard mange aussi des œufs et des hérissons.

Dans les zones urbaines, les renards s’emparent de petits animaux domestiques, tels que les lapins et les cochons d’Inde. Les renards sont accusés de tuer des agneaux : quand c’est le cas, on voit les marques de ses dents sur les épaules, les vertèbres cervicales sont écrasées, les blessures dues aux canines supérieures sont distantes d’environ 3 cm et celles des canines inférieures de 2,6 cm, enfin des ecchymoses montrent que l’animal a bien été tué, que le renard n’a pas mangé une charogne. La préférence du renard pour les lapins et les campagnols résulte probablement d’une efficacité particulière de la technique de chasse en milieu ouvert.

Les végétaux consommés

Les fruits et baies figurent en grande place dans le menu du renard (tout au moins chez nous) : raisins, pommes, prunes, framboises, cerises, cynorrhodons, myrtilles, mûres et même les céréales (en Suède). Cela va dépendre des saisons.

Le peuplement d'un milieu est assuré, chez les végétaux, par des formes de dispersion, par des organes spécialisés. Le renard est friand de fruits (à noyaux, à pépins) : lors de la consommation de ses fruits, noyaux et pépins (donc graines) sont rejetés dans les excréments du renard (" laissées ") leur donnant ainsi une couleur qui peut être caractéristique : noire (myrtilles), rouge (framboises). Les excréments étant disposés à des fins de marquage de territoire (celui du renard varie de 10 hectares en ville à 2000 en campagne), les graines sont ainsi dispersées un peu partout, permettant à l'espèce végétale de coloniser l'espace. C'est ainsi qu'est disséminée la ronce, le renard étant particulièrement friand de son fruit, la mûre.

Les cadavres et détritus.

Il arrive qu’un renard mange un cadavre de mouton (rôle important dans les Highlands en Ecosse), un cerf ou un chevreuil morts. Ces cadavres de grandes espèces domestiques ou sauvages (variables selon les pays) permettent souvent au renard de passer l'hiver. En ville, ils trottent de poubelles en mangeoires pour oiseaux, en quête de restes de nourriture.


_________________
Le renard aux chiens courants et pas autrement.
Voir le profil de l'utilisateur http://lern.forumgratuit.org

3 Re: Régime alimentaire le Jeu 29 Sep - 21:16


_________________
Le renard aux chiens courants et pas autrement.
Voir le profil de l'utilisateur http://lern.forumgratuit.org

4 Re: Régime alimentaire le Ven 6 Jan - 22:16

on peut aussi évoquer les légumes....
Cette saison lors d'une battue dans un secteur très "légumier", nous avons prélevés des renards qui avaient ingérés des carottes.
Et visiblement digérés aussi, à voir la couleur des laissés vus sur le terrain...
surprenant!!! Shocked


_________________
Le renard aux chiens courants et pas autrement.
Voir le profil de l'utilisateur http://lern.forumgratuit.org

5 Re: Régime alimentaire le Jeu 14 Juin - 21:49



--------------------------------------------------------------------------------

Le renard
Eléments de biologie
Le Renard (Vulpes vulpes LINNE 1758) mesure en moyenne 1,25 m, queue comprise, pour un poids moyen de 6 à 7 kg (au maximum 10 kg).
Le museau est allongé, les oreilles pointues, la queue touffue, en panache. Le pelage est roux dessus, blanchâtre dessous.
Il vit en clan; un mâle pour plusieurs femelles. Son terrier, situé en terrain sec, comprend plusieurs galeries creusées jusqu’à 3 ou 4 m de profondeur.
L’accouplement a lieu en janvier; les naissances se situent souvent en mars. Les 3 à 6 petits (souvent 4 à 5) sont autonomes dès 5 mois.
Il fréquente les forêts et les bosquets, les haies, les prairies, les cultures et même les villages et les abords des villes où il entre parfois. Son territoire varie de 50 à 500 ha.
On peut l’entendre glapir et japper, ou aboyer. Piètre grimpeur, c’est un excellent marcheur. Il trotte, saut ou nage sans problème.
C’est un animal nocturne, parfois diurne en été.
RAPPEL
Les persécutions que le renard a subies (pour mémoire: 24000 renards tués en 1969 et 82000 en 1970) ont été décidées suite à la réapparition de la rage en France. La réduction drastique des populations de renards a été inefficace: ce n’était pas la bonne stratégie. Dès 1978 la Suisse vaccine ses renards mais il faut attendre 1986 pour que notre pays l’imite. Depuis la rage a peu à peu disparu de France.

--------------------------------------------------------------------------------

Alimentation
Le Renard est un opportuniste et son alimentation varie au fil des saisons.
Il se nourrit surtout de micromammifères:
L’essentiel de ses repas est constitué de petits rongeurs. La consommation de très nombreux campagnols par jour favorise la pousse de l’herbe dans les pâtures, ce qui fait du renard un auxiliaire des paysans qui pratiquent l’élevage de plein air.
Il capture aussi des lapins de garenne et comme tout prédateur ses proies sont d’abord les animaux affaiblis par la maladie ou tout autre handicap.
Il consomme énormément de vers de terre, apprécie les fruits: cerises, prunes, mûres, et pommes, selon la saison.
Il mange les charognes déposées par les éleveurs et tout cadavre trouvé sur son chemin.
Occasionnellement, il mange aussi des oiseaux (2% du régime alimentaire), en particulier les animaux dits ?de tir? lâchés par des sociétés de chasse. Il lui arrive de capturer des reptiles (lézards), des poissons, des insectes (guêpes, sauterelles) ou des escargots.
Le “Chasseur de l’Oise” de décembre 1996 indique que le renard “mange beaucoup de souris et de mulots, ce qui le rend utile dans l’équilibre de la faune”.


--------------------------------------------------------------------------------

Avis de chasseurs
Depuis longtemps, des chasseurs plus observateurs et plus réfléchis que la majorité, ont pris le parti de cesser les destructions de carnivores sans avoir à le regretter. Un témoignage en ce sens figure même dans ?Le Chasseur français? d’août 1955, p.107. Et d’autres revues de chasse publient parfois des articles intéressants fustigeant la responsabilité de l’homme.
“Le syndrome du bouc émissaire”
Sous ce titre J. Launay précise dans “La revue nationale de la chasse” d’octobre 1990:“en détruisant des milliers de petits rongeurs, le renard est un allié précieux pour l’agriculteur”.
Et dans “Le petit livre vert des chasseurs” n°15 - 1992, Pierre Daillant, président de l’Union nationale des fédérations départementales des chasseurs, explique que “La prédation est un acte naturel: la vie ne peut s’entretenir qu’à travers la mort...Tout être vivant à l’état sauvage a un rôle à jouer y compris celui d’éliminer les plus faibles parmi .les individus d’autres espèces pour maintenir les populations en bonne santé”.
Dans la revue “Connaissance de la chasse, n° 240 d’avril 1996, on peut lire: “c’est une utopie de croire que les populations de perdrix redeviendront abondantes en faisant disparaître les prédateurs. Les prédateurs prélèvent ce qu’ils doivent prélever, jouant ainsi leur rôle. Le pire des fléaux est l’appauvrissement du milieu”.

--------------------------------------------------------------------------------

AVIS DE SCIENTIFIQUES
On connaît de nombreux exemples où de fortes populations de renards coexistent avec des densités importantes de gibier.”
Informations Techniques des Services Vétérinaires n° 64 à 67.
Le vétérinaire C. Bougerol explique:
6 à 10 000 petits rongeurs par an, voilà ce que mange un renard! nous sommes donc loin du "mangeur de poules" tellement detesté. ... Il n’en capture guère que dans les endroits non grillagés. Il en va de même de la volaille-gibier inconsidérément "relâchée" dans les bois et les guérets. Le renard se contente d’exercer son rôle de prédateur-nettoyeur.
Deux spécialistes de la biologie du renard, C. Rivals (Université de Toulouse) et M. Artois (Laboratoire d’Etudes sur la pathologie des animaux sauvages de Malzéville), exposent les conclusions auxquelles ils sont parvenus:
Depuis toujours le renard est considéré comme un nuisible. Cette opinion est maintenant battue en brèche grâce aux études des zoologistes et éthologues: chaque renard est le destructeur de quelques milliers de rongeurs par an, particulièrement nuisibles, et de quelques lapins et volatiles le plus souvent maladroits ou malades. Dans l’équilibre du milieu, il participe donc tout naturellement à la lutte pour la vie, à la sélection des meilleurs et à l’élimination des faibles, des malades et des morts, évitant pullulation ou épidémies. Ce rôle de "policier sanitaire" a été maintes fois souligné, y compris par les plus grands chasseurs.
Bulletin de l’institut National de Recherche Agronomique (INRA) n° 29, décembre 1996.

--------------------------------------------------------------------------------

Que faire en cas de problèmes ?
On reproche au renard de capturer
du gibier
Il s’agit surtout d’animaux élevés et lâchés pour le plaisir de les tuer. Ces animaux, (faisans, perdrix ou lièvres), inadaptés à la vie sauvage, n’ont pas leur place dans la nature. Le renard intervient, comme c’est son rôle, pour les éliminer. La loi du moindre effort les lui fait préférer aux animaux de souche sauvage qui connaissent bien leur territoire, sont aux aguets, et ne deviennent proies qu’après un accident, ou une maladie.
Le problème n°1 est donc la pratique des lâchers de tir. La Ligue ROC en demande l’interdiction.
des volailles
Certaines administrations jouent la carte de la pédagogie et donnent les indications de bon sens. Ainsi la Direction Départementale de l’Agriculture des Vosges rappelle aux propriétaires d’élevages que “les prédations peuvent être réduites par des mesures préventives: les volailles enfermées le soir dans un local bien clos ou à l’intérieur d’un poulailler entouré d’un solide grillage seront à l’abri du renard”.
L’administration note aussi le rôle régulateur du renard puisqu’il prélève des animaux blessés, malades ou se nourrit d’animaux morts.
La liberté de l’Est - 21 août 1996.

L’utilisation de répulsifs est aussi très efficace.
Des informations sur ce thème dans nos publications !


--------------------------------------------------------------------------------
Adhérer l Créer une Oasis nature l Contact Haut de page

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Régime alimentaire le Ven 15 Juin - 22:06

Très beaux exposé sur maître goupil ,avec mention pour le B.A.C Smile


A+ THIERRY

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum